Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Découvrir le nouveau blog dès maintenant !

Rechercher

19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 07:00

  La pluie avait cessé de tomber. Enfin. Johan avait lu et relu ses cartes deux jours durant, enfermé dans sa chambre de la petite auberge "De la Choppe dansante". Cette pluie qui avait battu à sa fenêtre sans interruption depuis son arrivée à Livo, petit village au sud de Sooli, l'avait empêché de reprendre son voyage.

      Une semaine auparavant il avait quitté sa ville natale, Predlac situé un peu au sud de la grande route pavée qui relie Sooli à Pagëorn, au bord de l'immense lac. Il était partit lorsque ses parents avaient décidé d'aller habiter dans la ville de Guelode à la suite de l'incendie accidentel leur maison. Johan avait donc fait ses adieux à ses parents, après leur avoir promis qu'il leur rendrait visite. Il prit la route de Sooli, lieu de tous ses rêves, de toutes ses espérances de jeune garçon insouciant ayant grandi dans un village rural. Il avait entendu parlé étant jeune, de cette ville immense et sans limites, auprès d'un aventurier, blessé d'une flèche dans l'épaule qu'avait soigné sa grand-mère. C'était un paladin expérimenté, qui était arrivé couché sur son cheval, blessé par cette flèche empoisonnée qui s'était logée dans son épaule. À la selle de son cheval étaient attachés une longue épée à deux mains ornées de gravure superbe, ainsi qu'une armure de plaques d'un métal rutilant. Il s'appelait Galdroïl, et malgré sa blessure ce robuste humain gardait un air fier qui imposait le respect. Pendant plusieurs semaines, assis à son chevet, le jeune paysan l'avait écouté raconter ses voyages dans des contrées lointaines, ses combats contre des créatures effrayantes et maléfiques ; il lui avait parlé de trésors enfouis et de richesses gardées par des mages démoniaques. Puis, une fois remis de sa blessure, l'aventurier avait quitté le village laissant le jeune garçon plein de rêves d'aventure.

      Aujourd'hui il allait enfin pouvoir quitter cette auberge et reprendre son voyage sur les sentiers boueux. Chaque jour il espérait croiser un groupe de clinquants aventuriers qui lui proposeraient de se joindre à eux dans leur voyage. Malheureusement, son apparence ne jouait pas en sa faveur : il portait un vieux pantalon troué au genou gauche et une chemise de lin crasseuse. Dans un vieux sac à dos de cuir usé il rangeait son seul matériel de valeur : les cartes de l'Empire qu'il avait échangé à un marchand contre un plateau gravé magnifique, qui était dans sa famille depuis toujours. Certains lui prêtaient des propriétés magiques mais Johan ne croyait pas à ces inepties ; et il avait besoin de ces cartes s'il voulait éviter de se perdre. Ainsi un bâton de noisetier à la main, le garçon donnait davantage l'impression d'être un mendiant jeté sur les routes par la nécessité ; il n'avait rien d'un aventurier. Aussi aucune compagnie d'aventuriers ne lui proposa de les rejoindre et il poursuivit sa route.

Partager cet article

Repost 0

commentaires